Lettres ouvertes

Articles Cantley 1889

<em>Echo</em> Cantley <em>Echo</em>

Cet article a été publié par l'Écho de Cantley mai 2024, Volume 35 no 10. L'Écho de Cantley a explicitement autorisé la publication de ces articles pour l'information et le plaisir nos lecteurs.


Identité de Cantley — une autre banlieue ou la « nature accueillante »?

Par le CPYC et Cantley1889

Vous pouvez contribuer à déterminer l’identité future de Cantley.

Si vous avez l’impression que Cantley est un endroit où les gens mènent leur vie et c’est tout, vous n’avez probablement pas entendu parler des événements historiques passionnants de l’activisme et de la résistance des citoyens qui ont permis à notre communauté de survivre à la mort subite. Connaître notre histoire et comprendre notre patrimoine est beaucoup plus important que l’on pense. Non seulement parce que l’histoire a tendance à se répéter, mais aussi parce qu’il y a des leçons à tirer.

Dès les années 1800, les citoyens de Cantley se sont mobilisés pour préserver l’identité unique et le caractère rural de la ville. En 1989, après six ans de travail acharné de la part de bénévoles et l’appui de 90 % des citoyens, Cantley est devenue la seule municipalité du Québec à se séparer de la fusion des grandes villes qui avait eu lieu en 1975. La province nous a accordé notre indépendance par rapport à Gatineau afi n que nous puissions préserver notre identité unique. La précieuse identité de Cantley est aujourd’hui à nouveau menacée.

La principale leçon tirée de notre « bataille pour l’indépendance » est que nous sommes plus forts ensemble. Indépendamment de la langue, de la religion, du niveau d’éducation, que l’on soit une famille originaire de Cantley ou un nouvel arrivant, dans les années 1980, nous nous sommes tous battus ensemble pour nos valeurs partagées et une cause commune. Les citoyens de Cantley peuvent à nouveau se mobiliser aujourd’hui chaque fois que nous sentons que les raisons mêmes pour lesquelles nous nous sentons chez nous sont menacées. Nous n’avons pas à être des spectateurs passifs. C’est à nous de décider de l’avenir de Cantley.

Le chemin River est l’une des routes les plus historiques de Cantley, bordée de forêts et de terres agricoles pastorales vallonnées où vivent des chevaux et des animaux sauvages. La ferme de 1829 du premier pionnier de Cantley, Andrew Blackburn, est la plus historique. À côté se trouve le paisible cimetière de pionniers de la famille Blackburn, niché sous une falaise de granit et ombragé par des arbres centenaires. Comme l’indique sa plaque, au moins 32 des premiers colons de Cantley y sont enterrés. Près du chemin River se trouvait le premier hôtel de ville de Cantley, construit en 1893. À quelques pas de là se trouve la pittoresque ferme Pomeroy. Datant des années 1830, ses 113 acres de pâturage et de forêt ainsi que sa maison de ferme victorienne sont toujours intacts.

Arthur Pomeroy a contribué à écrire l’histoire. Il a été l’un des principaux membres du Comité des citoyens de Cantley de Bertrand Boily, qui a élaboré la stratégie de séparation de Cantley en 1989. Dans sa maison sur la ferme Pomeroy, il a accueilli de nombreuses réunions mémorables du Comité des citoyens de Cantley.

Le 18 mai de 14 h à 16 h, venez célébrer les 35 et 135 ans de Cantley avec nous dans les magnifi ques jardins de la ferme patrimoniale Pomeroy, au 39, chemin River.

Dégustez des gâteries maison. Écoutez des récits sur des événements passionnants qui ont influencé la ville de Cantley que nous connaissons et aimons aujourd’hui. Rencontrez les concitoyens qui vivent à Cantley et ceux qui ont été les gardiens de notre belle communauté rurale et de sa « nature accueillante ».

Le 28 mai, ne manquez pas l’occasion de partager vos espoirs et vos souhaits lors de l’assemblée générale de Cantley, qui définira notre identité pour l’avenir.