Articles Cantley 1889

<em>Echo</em> Cantley <em>Echo</em>

Cet article a été publié par l'Écho de Cantley Septembre 2020, Volume 33 no 3. L'Écho de Cantley a explicitement autorisé la publication de ces articles pour l'information et le plaisir nos lecteurs.


N’oublions pas : les vétérans de Cantley

By Mary Holmes, Traduction de Marie-Josée Cusson

En 2020, nous soulignons le 75e anniversaire de la fi n de la Deuxième Guerre mondiale.

Entre 1939 et 1945, plus d’un million d’hommes et de femmes originaires du Canada ont servi à temps plein au sein des forces armées. Plus de 43 000 d’entre eux y ont laissé la vie. Malgré le carnage, la guerre contre l’Allemagne et les puissances de l’Axe a révolutionné la structure industrielle du Canada, élargi le rôle de la femme dans l’économie, ouvert la voie à l’adhésion du Canada à l’OTAN et laissé en héritage aux Canadiens la fi erté du sacrifi ce consenti et du service rendu, reconnus grâce à des noms emblématiques tels que Dieppe, Ortona, Hong Kong et Juno Beach 11.


Comment appelle-t-on un « petit immigré anglais » qui, devenu homme, s’est mis au service de son pays d’adoption lors des deux guerres mondiales? Un vétéran de Cantley.

Ernest Gobell est parmi la quarantaine de vétérans de Cantley (et plus) à qui nous rendons hommage au mois de novembre de chaque année lorsque nous allons déposer la couronne de Cantley au cimetière des Pionniers de Chelsea, dans le cadre de la cérémonie du jour du Souvenir.

Croquis réalisé par Ernest Gobell, album souvenir d’Agatha Holmes, vers 1936. De la collection d’Agatha (Holmes) Daly, gracieuseté de Frances (Daly) Wesley.

Ernest avait 14 ans lorsqu’il est arrivé au Québec le 30 avril 1911 en provenance de Liverpool, après un périple de dix jours à bord du Corsican. Sa destination était Ottawa. À l’époque du recensement de 1911, il vivait à Cantley avec Maurice Foley et son épouse Agnès (Prud’homme) ainsi que les parents âgés de Maurice, Michael et Mary (Noctor). Il a sans doute apporté une énergie et un vent de jeunesse bienvenus à la ferme.

Dans son dossier personnel de la Première Guerre mondiale, on apprend que son deuxième prénom était Phillip et qu’il était né à Dartford, dans le comté de Kent, en Angleterre. Son frère, John, était stationné en France au sein de la 3e troupe, Escadre A, 5e Bataillon canadien de fusiliers à cheval. Le soldat Ernest s’est enrôlé le 11 octobre 1916 à Renfrew, a servi pendant quatre mois au sein des 240e et 216e Bataillons d’outremer. Il s’est enrôlé de nouveau à Renfrew le 24 février 1917 dans les renforts forestiers. Il avait des problèmes de vue, qui ont persisté jusqu’à ce qu’il bénéfi cie d’une libération honorable à Kingston, le 9 décembre 1918, après avoir servi au Canada, en Angleterre et en France.

En 1940 ou peu après, Ernest a joint la Garde territoriale des anciens combattants. Le rôle de la Garde était de protéger les propriétés militaires et, par la suite, de surveiller les camps d’internement exploités par le gouvernement. Selon les règles d’enrôlement de la Deuxième Guerre mondiale, les hommes enrôlés dans la Garde étaient jugés trop âgés pour servir. Cela dit, Ernest était tout à fait déterminé à se remettre au service de son pays.

Ernest Gobell est décédé le 11 novembre 1965, une date tout à propos. Il repose au cimetière Notre-Dame d’Ottawa, dans la section 30 des champs d’honneur.

L’histoire d’Ernest Gobell ne s’arrête pas là. Les bénévoles de Cantley 1889 s’efforcent de remplir les trous de son histoire et de l’histoire de bien d’autres vétérans de Cantley.

L’une des priorités de Cantley 1889 est d’ériger un monument au centre communautaire de Cantley en l’honneur des vétérans de Cantley.

Sources : Bibliothèque et Archives Canada (BAC), Petits immigrés anglais, 1869-1932, dossiers d’immigration; BAC, documents sur le recensement de 1911 (en ligne); BAC, dossier personnel d’Ernest Gobell pour la Première Guerre mondiale (en ligne); registres de la paroisse SainteÉlisabeth; revue Légion, article sur la Garde territoriale des anciens combattants (en ligne); FindAGrave.com (en ligne).

 

Les fi lles de Maurice Gauthier, vétéran de Cantley, ont participé à la cérémonie de 2019 en hommage à leur père et à tous les vétérans de Cantley. De gauche à droite : Francine, la mairesse Madeleine Brunette, Joanne, Marie, Patricia.
Jour du Souvenir 2019, cérémonie de la Société historique de la vallée de la Gatineau, cimetière des Pionniers de Chelsea. La mairesse Madeleine Brunette dépose une couronne en hommage aux vétérans de Cantley.

 

1 L’Encyclopédie canadienne, en ligne


Return to list...