Articles Cantley 1889

<em>Echo</em> Cantley <em>Echo</em>

Cet article a été publié par l'Écho de Cantley Mars 2020, Volume 32 no 8. L'Écho de Cantley a explicitement autorisé la publication de ces articles pour l'information et le plaisir nos lecteurs.

« Katie » – Katherine Fleming Burke (1886-1977)

Margaret Phillips, avec l’aide de Katie Burke (petite-fille de Katie). Traduction de Christine Fournier

Tous les mois de mars, Cantley 1889 souligne la journée internationale des femmes en présentant une femme marquante de l’histoire de Cantley aux lecteurs de L’Écho.

John Fleming, le grand-père de Katie, s’installe à Cantley en 1837. Les parents de Katie, Patrick Fleming et Margaret Holmes, élèvent neuf enfants dans leur ferme du chemin Fleming.

Katherine Fleming Burke à la ferme Fleming. Collection Katie Burke.

En 1907, Katie et son frère Paddy héritent de la ferme. Katie divise brillamment la ferme : elle forme un cercle de terres non exploitées autour de la ferme et de ses bâtiments. Elle garde ce cercle externe dans le but de protéger la ferme et cède la partie centrale à son frère Paddy.

En 1909, elle épouse Norman Burke, un homme de Cantley. De leurs six enfants, quatre garçons survivent : Gregory, Norman (officier pendant la Seconde Guerre mondiale), Maynard (employé de la mine Blackburn, meurt de silicose) et le charmant Billie. La jeune famille déménage à Timmins, en Ontario.

En 1919, l’époux de Katie décède. Elle et ses garçons déménagent non loin, à Haileybury, sur le lac Timiskaming, pour travailler à l’hôtel de son frère Paddy. Mais en octobre 1922, un incendie ravage Haileybury. Dès que Katie s’aperçoit du danger, elle prend des serviettes et court jusqu’au lac avec ses fils. Toute la nuit, elle les couvre de serviettes trempées dans le lac pour que ceux-ci n’inhalent pas trop de fumée.

Après l’incendie, Katie et ses fils retournent vivre à la ferme de Cantley et elle se met à la recherche d’un emploi. Quand elle trouve un employeur à Ottawa, ses quatre enfants vont vivre chacun chez un proche parent différent pendant la semaine. Ils se retrouvent et vivent ensemble les fins de semaine à la ferme du chemin Fleming.

Katie se considère chanceuse d’avoir trouvé un emploi. Elle travaille d’abord comme coiffeuse, puis au prestigieux hôtel Russell à Ottawa. Elle déniche ensuite un poste de gouvernante principale, qu’elle occupera pendant de nombreuses années, à l’hôtel Château Laurier. Elle habite dans une petite chambre de la tour donnant sur le canal Rideau.

Katie aime les gens, notamment les clients de l’hôtel, dont plusieurs sont des dignitaires. Les députés arrivent de leur circonscription électorale en train et marchent le long du tunnel souterrain de la gare (aujourd’hui l’édifice du Sénat) au Château, où ils séjournent pendant la session parlementaire. Katie emporte souvent son dîner pour aller manger dans la galerie des visiteurs pendant la période de questions. Au fil des ans, elle vient à connaître la plupart des députés et plusieurs premiers ministres, en plus de bien comprendre la politique.

De plus, Katie aime son personnel. Un jour, une jeune femme de chambre accouche sans même savoir qu’elle était enceinte. Katie agit comme sage-femme. À la demande de la femme, elle garde le secret en la cachant dans une des chambres, prétendant qu’elle est malade. Malheureusement, l’enfant est mort-né. Katie et une autre femme de chambre le baptisent, l’enveloppent dans des serviettes de l’hôtel et l’enterrent secrètement dans le parc Major’s Hill à la tombée du jour

Grâce à ses décisions entrepreneuriales éclairées, à son travail acharné et à son dévouement, Katie réussit à faire survivre sa famille malgré les temps difficiles. Pendant la dépression, elle agrandit son domaine cantléen en faisant l’acquisition de la ferme Patterson.

Ses petits-enfants se rappellent sa passion pour le hockey et pour la politique. Ils chérissent de nombreux souvenirs heureux de leur brillante et adorée grand-mère, surtout de son rire merveilleux!

Pour en apprendre plus sur la famille de Katie, consultez le numéro de février 2020 de L’Écho de Cantley. Les péripéties de ses fils sont aussi présentées dans le numéro de novembre 2019 et celles de Jan Turko (qui a vécu avec la famille à la ferme Fleming) dans le numéro de novembre 2012.


 
Katie à l’occasion de son 89e anniversaire, avec ses fils Norman, Gregory et William en février 1975. Collection Doreen Holmes.
La ferme Flemming en 1946. Norman, fils aîné de Katie, avec son épouse Ellen Ward. Collection Katie Burke.

 
La famille qui se retrouve à la ferme la fin de semaine. Les garçons dormaient souvent d’un côté du grenier de ce bâtiment, tandis que l’autre côté abritait le grain et le tamis de récolte (pour nettoyer l’avoine). Photo Pierre Belisle, 2018.
La cuisine de la maison de la ferme Flemming, lieu de réunion de la famille pendant les fins de semaine et les vacances. Photo Pierre Belisle, 2018.