Articles Cantley 1889

Echo Cantley Echo

Cet article a été publié par l'Écho de Cantley Avril 2018, Volume 29 no 9. L'Écho de Cantley a explicitement autorisé la publication de ces articles pour l'information et le plaisir nos lecteurs.

Paroisse Ste-Élisabeth : 150 ans de - première partie

Mary Holmes

La congrégation de la paroisse Ste-Élisabeth accueille la foi qui, depuis les pays méditerranéens, a traversé toute l’Europe pour se propager jusqu’en France, puis jusqu’en Nouvelle-France dans les années 1600, et qui de la France s’est étendue jusqu’en Irlande, puis dans le Nouveau Monde avec le flot d’immigrants irlandais. C’est aujourd’hui une paroisse bilingue qui dessert des congrégations anglophones et francophones. Les deux prêtres de la paroisse, le père Lévi Martel et le père Dan Kelly, desservent chacun trois paroisses de l’archidiocèse de Gatineau et s’occupent ensemble des paroissiens de Ste-Élisabeth.

Les Irlandais et les Écossais furent les premiers à s’installer dans les grandes forêts de la région de Cantley à partir de 1829 et à établir cette communauté sur la rive est de la rivière Gatineau. Une grande vague d’Irlandais catholiques arriva dans les années 1840, la plupart cherchant désespérément à améliorer leur sort loin de leurs bourreaux anglais. La croissance démographique créa le besoin d’aménager des magasins, des bureaux de poste, des moulins et, bien sûr, des églises et des écoles.

La paroisse Ste-Élisabeth fut établie en 1868, d’abord comme mission de la paroisse St-Stephen de Chelsea (fondée en 1845). Pour se rendre à Chelsea, il fallait se déplacer à pied ou à cheval jusqu’à un lieu de traversée (le mieux établi était celui de Kirk’s Ferry), traverser la rivière Gatineau en chaland ou sur un pont de glace, puis se diriger vers l’église de Chelsea. C’était un périple difficile, même pour les plus motivés! Quelques années plus tard, quand un nombre suffisant de familles furent établies, elles envoyèrent une pétition à l’archevêque du diocèse de Bytown (qui s’appellera plus tard Ottawa). Elles reçurent l’autorisation de réunir les moyens nécessaires pour aménager une chapelle et un cimetière sur un terrain donné par Michael Shields, au sommet de l’une des magnifiques collines de Cantley. Elles purent ainsi recevoir la visite du prêtre de St-Stephen, qui célébrait la messe et administrait les sacrements. En 1868, la population sur le territoire s’étendant de Cantley à Poltimore était devenue si grande qu’il fallut créer une nouvelle paroisse.

Le père Patrick McGoey fut le premier prêtre résident de la nouvelle paroisse. Il dût donc mettre en place la nouvelle paroisse et son registre et organiser la construction d’une nouvelle église (l’église actuelle). Il était aussi chargé des missions de St-Pierre-de- Wakefield et de Poltimore, qui par la suite se sont divisées en deux. Lorsque le père McGoey vint à Cantley, il fit construire une maison pour y habiter. Elle est encore sise au 694, montée de la Source, et on l’appelle parfois la maison McGoey- Milks. Dans un article du quotidien The Evening Citizen (Ottawa) datant de novembre 1926, M. Robert Davis décrit le père McGoey comme un homme corpulent et jovial doté d’une véritable générosité celte. En visite pastorale dans les coins dispersés du district, il s’adressait aux protestants autant qu’aux catholiques. Sa maison était pratiquement ouverte à tous. Les soirs de tempête, ou lorsque les conditions de déplacement étaient mauvaises, il invitait les voyageurs à dormir chez lui sans jamais accepter un sou de leur part. Il cultivait un verger et un jardin et il avait des cochons. Voir la deuxième partie.

C’est le premier de deux articles sur le sujet. Mary Holmes est membre du conseil d’administration de Cantley 1889, un organisme sans but lucratif établi en 2010 pour découvrir, inventorier, protéger et promouvoir le patrimoine de Cantley.


Extérieur, vers 1900, remarquez le presbytère, le prédécesseur du presbytère actuel, et les écuries pour les chevaux à l'arrière-plan.
Intérieur, vers 1916, préparé pour recevoir la visite de l'évêque.

 
Jour de mariage, vers 1955, la configuration est celle de l'avant Vatican II.
Extérieur, vers 1955.