Articles Cantley 1889

Echo Cantley Echo

Cet article a été publié par l'Écho de Cantley mai 2016, volume 27 no 10. L'Écho de Cantley a explicitement autorisé la publication de ces articles pour l'information et le plaisir nos lecteurs.

Venez célébrer notre rivière Gatineau

par Andrea Rowe, traduction libre de Marie-Josée Cusson.

Voir aussi l'article Visite des cimetières de Cantley 2016 en même édition.


17 juillet : La maison sur la rivière - Centre patrimonial de la maison Fairbairn

27 août : La fierté de l'île de la rivière - Club nautique de la rivière Gatineau

19 septembre : Histoires de la rivière - Société historique de la vallée de la Gatineau (lieu à déterminer)

2 octobre : La Fière Rivière à Cantley - Cantley 1889 - parc Mary-Anne-Phillips (47, ch. Summer, Cantley)

Ouvert à tous, gratuit pour tous


La rivière Gatineau a son lot de fantômes, selon ce qu'en dit Ian Tamblyn, musicien et résidant de longue date: les fantômes autochtones des ancêtres de la tribu des Algonquins, qui ont habité la région pendant 12 000 ans, lorsque la rivière était encore sauvage et féroce; les fantômes des draveurs, dont les câbles et ancrages nécessaires aux estacades fl ottantes se trouvent encore sur les rivages et dont on entend le chuchotement dans les vagues; les fantômes des trois travailleurs enfermés dans le barrage de Chelsea qui, si l'on en croit la légende relatée par Tamblyn, auraient perdu la vie lors de l'aménagement du vaste projet d'hydroélectricité dans les années 1920 en étant victimes d'un déversement de ciment qui se serait mal déroulé.

La rivière que l'on peut contempler de nos jours est calme et majestueuse; on pourrait croire qu'elle a toujours été ainsi. En réalité, elle fut un lieu de passage pour l'industrie pendant plus de 160 ans, de 1830 jusqu'au début des années 1990. Peu de gens connaissent son histoire, mais il est à espérer que cela changera au cours des six prochains mois grâce à une série d'événements liés à la rivière Gatineau sous le thème Fière Rivière. Financé par Patrimoine canadien, le programme Fière Rivière met à contribution trois municipalités - Cantley, La Pêche et Chelsea - et six organisations sans but lucratif (dont Cantley 1889) qui travaillent ensemble pour la première fois afin de coordonner six activités familiales en plein air sur ou dans la rivière ou sur ses berges.

Lors de chaque activité, l'artiste fantaisiste et feutrière Hannah Ranger supervisera un projet artistique communautaire. Des photographies anciennes mettant en vedette la rivière depuis la colonisation européenne ainsi que des modes de vie disparus depuis longtemps seront également présentés. Le changement le plus important fut l'aménagement de trois barrages hydroélectriques à la fin des années 1920: ils ont mis à contribution un nombre effarant de travailleurs (6 000 hommes) et ont coûté 50 millions de dollars (plus d'un milliard de dollars selon la valeur du dollar d'aujourd'hui). Près de 50 fermes ont été complètement submergées, les rapides les plus dangereux ont disparu, la ligne de chemin de fer et la grande route ont dû être déplacées de plusieurs kilomètres; la rivière est devenue le cours d'eau relativement docile que l'on connaît aujourd'hui.

« Il est surprenant qu'on la considère encore comme une rivière, s'exclame Tamblyn. D'autres l'appelleraient plutôt réservoir ou lac, maintenant. » Tamblyn a beaucoup songé à la rivière, dernièrement, parce qu'il crée une série de vignettes qui mêleront de façon amusante l'histoire colorée de la rivière à des produits de sa propre imagination et à des légendes. Mettant en vedette quatre acteurs et des chansons au sujet de la rivière, son projet A River Runs Through Us (titre de travail, qui signifie en français une rivière coule en nous) sera présenté sous une forme différente à chaque événement de Fière Rivière.

Tamblyn affirme que l'aménagement d'un barrage sur la rivière a changé la relation entre Cantley et Chelsea : « [Jusqu'à ce moment], trois traversiers faisaient la liaison sur la rivière; les hôtels et épiceries se trouvaient tous du côté ouest de la Gatineau. Ainsi, les résidants de Cantley venaient à Chelsea beaucoup plus souvent que de nos jours, en quelque sorte. Cela avait de grandes retombées ».

Wes Darou, président de Cantley 1889, semble confirmer cette théorie lorsqu'il appelle son organisation « l'étranger » des six groupes qui travaillent ensemble au projet Fière Rivière. Il a ses propres récits, bien entendu, ayant vécu près de la rivière depuis l'époque de la drave. « Certains racontent que, lors de fêtes organisées sur la rivière, des gens auraient traversé la rivière en courant aller-retour sur des billots », raconte-t-il. Lorsqu'on lui demande si cela demandait de grandes aptitudes, M. Darou répond : « Je pense que cela prenait surtout de l'alcool ». Après ces histoires colorées, lorsqu'on lui demande ce qu'il préfère de la rivière, M. Darou répond, songeur : « Sortir mon canot et aller pagayer à cinq minutes de la maison ».

Consultez www.riverpride.ca/accuiel.html pour obtenir tous les détails de Fière Rivière.

Retour au liste...