Articles Cantley 1889

Echo Cantley Echo

Cet article a été publié par l'Écho de Cantley avril 2016, Volume 27 no 8. L'Écho de Cantley a explicitement autorisé la publication de ces articles pour l'information et le plaisir nos lecteurs.

Toponymie (2e partie) Les histoires derrière les noms de rue de Cantley

par des membres de Cantley 1889, traduction : Marie-Josée Cusson.

Les noms de lieux devraient exprimer une identité et faire le pont entre notre communauté et son histoire, sa culture et ses caractéristiques géographiques. L'article La toponymie : le concept bilingue au coeur des communautés signé par Michael Rosen, est paru dans l'édition de juin 2015 de L'Écho (volume 26 no 11).

Dans le passé, en particulier au début des années 1970, la Municipalité a nommé des rues en consultation avec les propriétaires qui habitaient ces rues. En 1993 et par la suite, le gouvernement du Québec a officiellement accepté ces noms de rue en vertu de sa nouvelle politique de toponymie. C'est aussi à cette époqueque l'on a attribué une adresse à chaque maison de Cantley.

Vous trouverez ci-après l'origine de certains noms de rue de Cantley.

La rue des Estacades croise aussi le chemin Summer. C'est un résidant qui a proposé ce nom, pour souligner l'héritage de l'exploitation forestière de Cantley. Des milliers de bûches, encerclées d'estacades et tirées par des bateaux-remorques, étaient déplacées à la base de la rue des Estacades, le long de la rivière Gatineau, de la fi n du 19e siècle jusqu'au début des années 1990. (Photo prise près du sommet de la rue des Estacades.)

 

Le Chemin Holmes a été nommé en l'honneur de Daniel Holmes, qui y a exploité une ferme à partir des années 1880. Daniel était l'aîné de l'aîné, Patrick, qui s'était installé plus au sud, à Cantley, à son arrivée en 1847. Il venait de Co Mayo, en Irlande, d'où il avait fait le voyage avec sa mère (dont le mari serait décédé à Grosse-Ile, au Québec), quatre frères cadets et une soeur cadette décédée peu après leur arrivée. À l'instar de leurs voisins, ces « Irlandais de la famine » persévérèrent, et bon nombre de leurs descendants poursuivirent leur vie à Cantley.

 

Fait intéressant, le chemin Summer a traversé la ferme de Ray Foley pendant près d'un siècle. Étant donné qu'il y avait déjà un chemin Foley ailleurs à Cantley, il a fallu trouver une autre appellation. Au début des années 1950, plusieurs chalets d'été furent construits au bout de cette rue. Après consultation auprès des propriétaires, la rue est devenue le chemin Summer. La rue du Chalet est une toute petite rue qui mène du chemin Summer à deux de ces chalets.

 

Le Chemin Foley porte le nom de Basil Foley, qui habitait sur ce chemin avec sa famille à l'époque où l'on a nommé les rues de Cantley. Le propriétaire précédent était Earl Day, employé occasionnel de William Connor, de la réputée entreprise de fabrication de machines à laver J. H. Connor & Son Ltd. La terre était à l'origine occupée par l'une des familles McClelland. Basil était le fi ls de Maurice Foley et d'Agnès Prud'homme, fi lle d'Alexandre Prud'homme, le premier maire de Cantley (1889).

 

La rue Oasis-des-Carrières est adjacente au chemin Romanuk. Une partie de cette rue se trouve sur une propriété qui appartenait à l'origine à M. et Mme Christopher (Christie) Holmes. Au milieu de la côte, il y avait à l'époque une petite mine de mica, qui est devenue par la suite une série de trois carrières. Dans les années 1960, la pierre de ces carrières a servi à aménager une partie de la rue Saint-Louis, à Gatineau. Depuis, les carrières se sont remplies d'eau, d'où le nom qu'on a donné à la rue.
Si l'on continue un peu plus loin, on peut voir, sur la droite encore une fois, la rue du Contrefort. Cette rue sinueuse mène à une chaîne de « montagnes » latérales qui lui ont valu son nom.

 

Le Chemin Ste-Élisabeth tire son nom de l'église catholique située au 47, chemin Ste-Élisabeth. La paroisse a été fondée en 1868. L'église actuelle avait été construite pour remplacer la petite chapelle où le prêtre de Chelsea offi ciait occasionnellement. Le premier prêtre de la paroisse, frère Patrick McGoey, a fait construire la maison McGoey-Milks pour y vivre (694, montée de la Source). La paroisse sert encore aujourd'hui les communautés francophone et anglophone de Cantley.

 

L'avenue Gatineau s'appelle ainsi parce qu'elle donne sur la rivière Gatineau. Le panneau se trouve à la limite entre Templeton et Hull Est, à environ deux km au nord du chemin Taché. Elle s'appelait auparavant chemin de la Mine Haycock puisqu'elle menait à la mine de fer Haycock. Par la suite, elle a été nommée chemin Lamarche en l'honneur de François Lamarche, colon installé à Gatineau. Elle se trouve maintenant sur des terres utilisées par le club de ski Nakkertok.
La rivière Gatineau et la ville de Gatineau ont été nommées en l'honneur de Nicholas Gatineau (1664-1700), notaire de Trois- Rivières, au Québec. Autour de 1650, Gatineau, qui souhaitait retourner dans sa très chère France, s'est mis à la chasse et à la trappe sur la rivière Gatineau, afin de payer son retour dans son pays natal. Il n'y est jamais arrivé. Selon la légende, il s'est noyé dans la rivière qui porte maintenant son nom.

 

La rue du Contrefort croise impasse de la Coulèe, nommée à juste titre puisqu'elle descend en direction d'une petite vallée aux fl ancs abrupts qui a probablement charrié l'eau de fonte d'un glacier.

 

Cantley 1889 serait reconnaissant de recevoir toute information sur les origines des rues ou des lieux de Cantley. Si vous pouvez nous aider, veuillez nous écrire à info.cantley1889@gmail.com ou à cette adresse postale: 934, montée de la Source, Cantley J8V 3K5. Nous espérons pouvoir écrire d'autres articles sur la toponymie dans les prochaines éditions de L'Écho.

A fin d'obtenir de l'information sur la toponymie québécoise, par exemple la date à laquelle un nom de rue est devenu offi ciel, veuillez consulter le site officiel du gouvernement à l'adresse suivante : www.toponymie.gouv.qc.ca. Vous pouvez également fournir des données manquantes sur ce site Internet.

Retour au liste...