Articles Cantley 1889

Echo Cantley Echo

Cet article a été publié par l'Écho de Cantley octobre 2013, Volume 25 no 4. L'Écho de Cantley a explicitement autorisé la publication de ces articles pour l'information et le plaisir nos lecteurs.

Première Guerre mondiale : les jeunes Cantléens répondent à l'appel

par Mary Holmes

Première partie - (deuxième partie est apparu dans l'Écho Novembre 2013.

Dans le site Internet du Musée canadien de la guerre, on apprend que « l'assassinat de l'archiduc d'Autriche Franz Ferdinand le 28 juin 1910 déclencha une chaîne d'évènements qui menèrent à la guerre au début d'août 1914. L'assassinat fut attribué à un groupe extrémiste serbe qui voulait accroître la puissance serbe dans les Balkans en démembrant l'Empire austro-hongrois. L'Empire austrohongrois riposta en attaquant la Serbie. L'Allemagne appuya l'AutricheHongrie, et la Russie se rangea aux côtés de son alliée traditionnelle, la Serbie. Quand la Russie mobilisa ses forces militaires à la fin de juillet, l'Allemagne chercha à éviter une guerre sur deux fronts en envahissant rapidement la France, principale alliée de la Russie. Des troupes allemandes s'avancèrent vers la France en envahissant le 3 août la Belgique, pays neutre depuis près d'un siècle. La Grande-Bretagne, qui s'était engagée à soutenir la neutralité de la Belgique, déclara la guerre le lendemain. Le 4 août 1914, le Canada, en tant que membre de l'Empire britannique, était en guerre ».

Bon nombre de jeunes Cantléens ont répondu à l'appel, lors de la Première Guerre mondiale. Voici la « première partie » de leur histoire, d'après les recherches et le récit de Mary Holmes, membre de l'organisme Cantley 1889.

Au cimetière de l'église uniede Cantley, une pierre tombale porte le nom d'Allan S. Farmer et l'inscription « Private 42nd Highlanders, C.E.F. killed in action at Paschandeale (sic), Belgium, November 3, 1917, aged 21 years » (Allan S. Farmer, soldat du 42e régiment (Highlanders), Corps expéditionnaire canadien, mort au combat à Paschandeale (sic), en Belgique, le 3 novembre 1917, à l'âge de 21 ans). Passchendaele se situe sur la crête la plus à l'est d'Ypres, à cinq milles du naeud ferroviaire de Roulers (Roeselare), qui constituait une partie intégrante du système de ravitaillement de la 4e armée allemande. La bataille pour les crêtes au sud et à l'est d'Ypres, en Flandre-Occidentale (Belgique), s'est déroulée sur le front ouest entre juillet et novembre 1917. à la mi-octobre, le Corps canadien, commandé par Sir Arthur Currie, est appelé au front pour prendre la relève des troupes australiennes et néozélandaises. Malgré les pluies torrentielles, la boue et les tirs incessants des Allemands, les Canadiens s'en sortent victorieux. Toutefois, ils ont dû sacrifier des milliers de vies, dont le jeune Allan. Ce dernier était le fils de Frederick W. Farmer et de Jane Fetherston Haugh. On peut lire sur sa feuille d'engagement datant de 1915, qu'il est né à Kirks Ferry (Québec) le 4 juillet 1893 et était charpentier (il devait avoir 24 ans au moment de sa mort, et non 21 ans tel qu'il est indiqué sur sa pierre tombale, à moins qu'il y ait eu une erreur de date de naissance). Son parent le plus proche était sa mère, Jane Farmer, dont l'adresse se trouvait à Kirks Ferry.

De gauche á droite, rangée du haut : Clifford Canavan, Poltimore Qc; Richmond (Dick)Storey, Cantley Qc; Willie Fredenburgh, Poltimore Qc; Alex Tomkeiwicz, Poltimore Qc. Rangée du bas : George Drennon, Arnprior Ont; Walter Trafford,Galetta Ont; Lawrence Ruddy, Arnprior Ont; McDonald, Sudbury Ont.

Selon sa feuille d'engagement de 1915, Charles Benjamin Prudhomme était un mineur de 41 ans résidant à Cantley. Il était l'époux de Hannah Barrett et le fils d'Alexandre Prudhomme (le premier maire de Cantley) et de Jane Johnston. Hannah (la fille de Thomas Barrett et de Mary Lynott) et lui se sont mariés à l'église Sainte-Élisabeth en 1901. En 1915, ils avaient cinq enfants vivants âgés de trois à onze ans. Charles a été promu au grade de lieutenant lorsqu'il était en service.

Enrôlé en 1916, le mécanicien et camionneur Lemuel Hector Wilson était l'un des quatorze enfants de James Albert Wilson et de Catherine Cooper. Le père de Lemuel, James, était l'aîné des onze enfants de Henry Wilson (qui a donné son nom à Wilson's Corners) et de Frances Mulligan. Lemuel a eu comme première épouse Henrietta E.B. Cook (décédée en 1955), puis comme deuxième épouse Arlie Durant Leroy. Il a été au service de la pétrolière Impériale à Ottawa. Mort en 1979, il a été enterré au cimetière Pinecrest, à Ottawa.

Sapeur Edward Joseph Burke, né en 1895, était le cadet de David Burke et d'Eleanor Barrett. Selon sa feuille d'engagement datant de 1916, il était opérateur de télégraphe et a servi dans le Governor General's Foot Guards pendant un an.

Né à Cantley, Richmond Storey, 22 ans, vivait à Otter Lake au moment de son enrôlement, en 1916. Selon sa feuille d'engagement, il était charretier et mécanicien. Richmond était le fils de William Storey fils et de Christina Sifton McClelland et le petit-fils de William Storey père et de Matilda Geary ainsi que de Samuel McClelland et d'Annie Stevenson, des familles installées dans la région depuis longtemps.

La seule pierre tombale militaire de Cantley se trouve au cimetière Sainte-Élisabeth est celle du Sapeur Michael J. Maloney. L'épitaphe se lit comme suit : « CRT CEF, January 11, 1920 » (Troupes ferroviaires canadiennes, Corps expéditionnaire canadien, 11 janvier 1920). Sa pierre tombale se trouve à côté de celle de la famille de Thomas Maloney et de Mary Burke, sur laquelle on peut aussi trouver le nom de Michael (1869-1920). Ces dates correspondent aux dates de naissance et de décès que contiennent les registres de Sainte-Élisabeth. Le sapeur Michael J. Maloney s'est enrôlé en 1916, à Englehart (Ontario). Il était alors prospecteur et vivait à Boston Creek, en Ontario (toutes deux dans le district de Témiscaming). La feuille d'engagement indiquait toutefois que son année de naissance était 1876. Était-ce deux hommes distincts ou un seul qui voulait se faire passer pour plus jeune qu'il ne l'était réellement? Voilà une énigme intéressante à découvrir.

Au cimetière de l'église Sainte-Élisabeth se dresse une pierre tombale à la mémoire de William H. Smillie, tombé lors de la bataille des Dardanelles à l'âge de 46 ans. On peut également y lire le nom de Michael J. Smillie, décédé le 9 août 1949 à l'âge de 51 ans. La bataille des Dardanelles a eu lieu en 1915. Les Britanniques (dont des troupes d'autres pays de l'Empire britannique) et les Français avaient lancé une campagne navale afin de sécuriser un axe de ravitaillement en mer passant par le détroit des Dardanelles (près de la péninsule de Gallipoli) et s'allongeant jusqu'en Russie. Par la suite, les troupes ont procédé à des débarquements amphibies sur la péninsule afin d'assiéger la capitale, Constantinople (Istanbul). Malheureusement, aucune de ces opérations n'a porté fruit. Voici donc la partie interactive de cet article: Qui étaient les Smillie? Quels étaient leurs liens avec Cantley?

Si vous avez plus de renseignements sur ces hommes du temps où ils ont servi à la guerre, l'organisme Cantley 1889 serait très intéressé à les obtenir. (info.cantley1889@gmail.com).

Retour au liste...