Articles Cantley 1889

Echo Cantley Echo

Cet article a été publié par l'Écho de Cantley septembre 2013, Volume 25 no 3. L'Écho de Cantley a explicitement autorisé la publication de ces articles pour l'information et le plaisir nos lecteurs.

Les arbres de Cantley... Le patrimoine continue

par Michael Rosen

Michael Rosen, Cantley 1889 et La Grange de la Gatineau vous invitent à assister à l'exposé illustré de M. Rosen, à 19 h 30 le lundi 30 septembre (à La Grange) où il décrira notre milieu forestier unique, nos arbres anciens et l'industrie forestière unique de Cantley. Veuillez vous joindre à nous le samedi 5 octobre à 10 h et participez à la marche guidée de M. Rosen (d'une durée d'environ 90 minutes) à travers l'une des forêts anciennes de Cantley au club de ski de fond Nakkertok (nakkertok.ca) - le rassemblement se fera dans le parc de stationnement sud du club Nakkertok (à l'extrémité nord de l'avenue Gatineau -au 900, avenue Gatineau, au nord du chemin Taché). Bienvenue à tous!

Nous connaissons tous le symbole de Cantley - le petit remorqueur qui sillonnait la rivière Gatineau et poussait les billes de bois dans les estacades et les tirait sur la rivière. Mais pour le « Cantléen moyen », ce n'est pas un remorqueur ni une estacade flottante qui unit la collectivité. Ce sont plutôt les arbres.

Remorqueurs au travail sur la rivière Gatineau, 1987.

Les forêts de Cantley
La municipalité de Cantley est située dans le Bouclier canadien, où l'on trouve les plus vieilles pierres volcaniques au monde, âgées de 3,96 milliards d'années, ainsi qu'une mince couverture de sol, sur laquelle repose un système d'arbres, de végétation et d'animaux, caractérisé par sa diversité étonnante. Il y a environ 10 000 ans, Cantley se trouvait sous un immense glacier continental tellement lourd et épais qu'il a déformé le manteau terrestre et formé plusieurs des caractéristiques présentes aujourd'hui, y compris la vallée de la rivière Gatineau. Les forêts de Cantley sont typiques de la forêt nordique tempérée (ou « forêt mixte ») - une région qui représente la majorité du territoire occupé par la Gaspésie, le Saguenay, le Sud de l'Outaouais et l'Estrie, soit une supercie recouvrant 12 % du Québec - une région qui donne au monde entier plus de 80 % de la production de ce nectar des dieux : le sirop d'érable!

La forêt nordique tempérée se divise elle-même en la sous-zone d'érablière à tilleul d'Amérique au sud de Cantley et la sous-zone d'érablière à bouleaux jaunes au nord, caractérisées par la présence d'érables à sucre, de tilleuls d'Amérique, de cerisiers tardifs et d'ostryers de Virginie (bois de fer) sur les pentes rocheuses bien drainées; de bouleaux jaunes et de pruches du Canada sur les terres telluriques plus humides, et quelques autres essences d'arbres, là où le climat et la profondeur du sol le permettent : des frênes blancs, des frênes noirs, des érables rouges, des érables argentés, des ormes d'Amérique, des noyers cendrés, des thuyas occidentaux, des bouleaux blancs et des peupliers. C'est une forêt complexe, qui tolère généralement l'ombre, dans laquelle les perturbations naturelles prennent la forme de bouquets d'arbres décimés par diverses tempêtes de vent et, bien sûr, par les incendies occasionnels.

Chevaux au travail, en train de tirer des billots, à Cantley près de la rivière Gatineau, vers 1920.

L'industrie du bois de Cantley
Les fameux « barons du bois » de la région ont, sans aucun doute, tous eu une certaine influence sur l'économie de Cantley. Philomen/Alonzo/Ruggles Wright, Nicholas Sparks, William Farmer, Allan Gilmour, E.B. Eddy et J.R. Booth ont tous exercé une certaine influence sur la vie de l'époque à Cantley (comme c'était le cas partout dans la région!) Mais nous ne tracerions pas un portrait exact de ce qu'était Cantley dans les années 1800 si nous percevions notre municipalité d'antan comme un amas de camps de bûcherons et de cambuses... Oui, une industrie forestière y était établie pour fournir du bois à la collectivité locale, mais ce n'était rien de comparable à l'activité qui régnait dans la vallée de la HauteGatineau, où les importants peuplements de pin blanc et d'épinette étaient en demande un peu partout dans le monde. En fait, Cantley était un témoin silencieux des millions de billes qui étaient acheminées par flottage le long de la rivière et déplacées par nos propres draveurs et raftsmen.

Le moulin à scie de Matt Morris sur le ruisseau Blackburn à Wilson's Corner, vers 1925.

Bien que l'histoire rapporte que le moulin Andrew Main, près de Limbour, recevait quelque 80 000 pieds-planche de bois d'oeuvre par année en 1859, un point de convergence de l'activité de scierie à Cantley semblait être le ruisseau Blackburn, qui coule aujourd'hui innocemment, sans activité humaine. Ce point central comprenait le moulin Blackburn (remplacé par la scierie et le moulin à broyer McNeil) et sa propre drave, ainsi que le moulin Walter McNeil, situé sur le chemin du Mont-Cascades. Anthony Milks exploitait, derrière la maison Milks sur la Route 307, un moulin alimenté à la vapeur. Il y avait de grandes scieries actives au début des années 1930 à Wilson's Corners. Un autre moulin exploité par Lucien Dubois sur le chemin Duclos était toujours en activité durant les années 1950 et 1960, avec probablement ce qui fut la dernière scierie en activité, exploitée par Mervyn Hogan, sur le chemin du Mont-Cascades et toujours en fonctionnement durant les années 1970.

Ce petit remorqueur que nous voyons comme symbole de Cantley n'a peut-être pas servi à déplacer beaucoup de bois de la municipalité, mais il nécessitait certainement un équipage de personnes dévouées et travaillantes, afin d'acheminer de grosses billes vers les moulins et les marchés du monde... un symbole tout à fait adéquat d'une grande collectivité!

Michael Rosen est un résidant de Cantley de longue date et un membre exécutif fondateur de Cantley 1889. Il est pré-sident d'Arbres Canada, un organisme à but non lucratif, dont la mission consiste à sensibiliser les Canadiens et à les inciter à prendre soin des arbres, l'une des ressources naturelles les plus précieuses et importantes pour notre pays et notre environnement.

Retour au liste...