Articles Cantley 1889

Echo Cantley Echo

Cet article a été publié par l'Écho de Cantley août 2013, Volume 25 no 2. L'Écho de Cantley a explicitement autorisé la publication de ces articles pour l'information et le plaisir nos lecteurs.

Profil des pionniers de Cantley : Gwen Thompson

par Mary Holmes

Depuis plus de 90 ans, Cantley occupe une place toute particulière dans le coeur de Gwen Thompson... C'est son lieu de résidence, c'est là qu'elle est née et qu'elle a grandi. Gwen et sa soeur Hazel sont les plus jeunes enfants de William Edmund (Billy) et d'Annie (Gates) Thompson, un couple très aimé par leurs voisins de Cantley. Elles sont les soeurs de Harry, Lillie, Kay, John et Ann. Le grand-père de Billy, William, était le pionnier Thompson qui a quitté l'Irlande du Nord pour venir s'installer à Cantley vers 1840. Dans une autre édition de L'Écho de Cantley, Gwen racontera l'histoire de sa vie lorsqu'elle a grandi à Cantley.

Gwen Thompson: les années de guerre

Gwen et Hazel dans leur uniforme.

...dans ses propres mots tels qu'ils ont été enregistrés par Mary Holmes :

Billy et Annie Thompson en 1955.

Ma soeur, Hazel, et moi-même nous sommes enrôlées dans l'Aviation royale canadienne (ARC) le 1er octobre 1943. Nous habitions déjà à Ottawa. Nous occupions un emploi et partagions une maison louée avec nos soeurs sur la promenade Eccles, près des rues Somerset et Booth. Puis, nos soeurs se sont mariées et ont déménagé. Hazel et moi étions désormais seules dans la maison, qui était devenue beaucoup trop grande et qui coûtait trop cher à entretenir. Hazel avait un ami dans la marine et ce dernier nous a proposé de nous enrôler. Je me suis rendue au bureau de recrutement pour obtenir des renseignements additionnels. Le caporal que j'ai rencontré m'a tellement impressionnée que j'ai décidé de m'engager dans l'armée de l'air.

On nous a envoyé suivre une formation initiale à la base militaire de Rockcliffe, où on nous a fait faire des exercices. Exécuter un « demi-tour » représentait tout un défi. Ensuite, j'ai été affectée à Toronto pour suivre un cours d'homme de métier. Hazel est demeurée à l'ARC de Rockcliffe, puis elle a été affectée à la base de l'ARC d'Uplands. À la suite du cours, je suis revenue à Ottawa puis j'ai été envoyée au casernement Princess Alice. Huit cents aviatrices de partout au Canada y habitaient. Nous nous rendions au travail en autobus. À l'instar de quatre ou cinq aviatrices, j'ai été détachée pour travailler comme vérificateur mécanique dans le bâtiment no 5 des archives. Nous travaillions sur des machines IBM. (Le bâtiment temporaire no 5 était situé dans la rue Preston, à l'angle de l'avenue Carling, l'un des 18 bâtiments construits à Ottawa, destinés à héberger les dizaines de milliers de fonctionnaires indispensables pour soutenir l'effort de guerre).

Hazel en vêtements civils et Gwen dans son uniforme.

Il y avait d'énormes reproductrices, des trieuses, des assembleuses-poin¸onneuses et de nombreuses perforatrices. Ces machines occupaient l'espace d'une grande maison. C'était une expérience très intimidante pour un groupe de jeunes femmes. Nous n'avions jamais vu pareilles machines auparavant et nous étions très nerveuses. Il n'empêche que grâce à notre persévérance, nous avons appris leur fonctionnement. Ma machine préférée était la tabulatrice. Nous devions apprendre toutes les autres tâches avant d'être autorisées à travailler sur la tabulatrice.

L'autobus pour se rendre au travail

J'ai continué de travailler aux archives jusqu'à ce que je quitte mes fonctions de caporale, le 19 juin 1946, à Vancouver. À ce moment-là, Hazel était mariée et elle devait s'acquitter de ses fonctions elle aussi.

Nos parents étaient très fiers de nous. Ils ont accueilli bon nombre de nos collègues dans notre maison familiale à Cantley. Lorsque nous arrivions par train à Kirk's Ferry, nous devions souvent skier pour nous rendre à la ferme de nos parents en traversant la rivière Gatineau, le long du chemin River, à travers les nombreuses propriétés de nos voisins, entre autres les Flemming, pour atteindre le champ arrière de notre maison. C'était toute une expérience pour les gens qui venaient de la ville. Après une journée passée dans notre ferme, nous retournions à la gare en skiant ou parfois mon père nous emmenait tous en traîneau.

Nous tenons à remercier Gwen d'avoir accueilli chez elle Mary Holmes et Reta (Barton) Milks, membres du conseil Cantley 1889, en les régalant d'anecdotes à propos de son enfance à Cantley, puis de ses expériences en tant que jeune femme enrôlée dans l'ARC.


Retour au liste...