Articles Cantley 1889

Echo Cantley Echo

Cet article a été publié par l'Écho de Cantley septembre 2012, Volume 24 no 3. L'Écho de Cantley a explicitement autorisé la publication de ces articles pour l'information et le plaisir nos lecteurs.

Autrefois à Cantley - il y avait une mine... : la mine Haycock

par Wes Darou, traduction par Pierre Laperrière

« (Monsieur Haycock) a construit un chemin de fer, toujours en exploitation, d'une longueur de six milles et un quart, de sa mine jusqu'à la rivière Gatineau, dont les wagons étaient tirés par des chevaux. Le train comportait 31 wagons. » L'Ottawa Free Press, 5 octobre 1874.

Carte (Bibliothèque nationale du Québec)

Vous décidez un jour de vous rendre à Nakkertok, en partant du pont Alonzo-Wright, et de tourner à gauche sur l'avenue Gatineau. Le chemin est droit, avec une légère courbe vers la gauche, un petit détour rendu à l'autoroute, et puis droit comme un chemin de fer jusqu'au stationnement de Nakkertok. Saviez-vous que vous vous promeniez sur le ballast, datant de 1872, du chemin de fer de l'Ottawa Iron and Steel Company?

En 1865, on a découvert du minerai de fer à Cantley. Pour s'y rendre, un chemin de fer à voie étroite, dont les wagons étaient tirés par des chevaux, fut construit à partir de la jonction de l'avenue Gatineau et de la rivière vers la mine de fer Haycock, au nord. Les rails de bois, la plupart sur des chevalets, montaient jusqu'au présent Club de ski de fond Nakkertok Nordique, à l'est de la montée St-Amour, faisant le tour d'une grosse colline, arrivaient sur les propriétés de MM. Charette et Lafontaine, et finissaient plus ou moins là oû la piste No 1 rejoignait la vieille piste de motoneige (le chemin Millson, à cette époque). Un peu plus tard, le chemin de la mine Haycock fut construit, parallèle au chemin du tramway, mais se dirigeant droit vers la mine, suivant plus ou moins le tracé de la piste Nakkertok No 1.

La mine ne resta en activité que trois ans mais, durant cette période, 5 000 tonnes de minerai à haute teneur furent extraites et une petite ville de 300 habitants, connue sous le nom de Hématite, fut fondée. Oui, il y a 140 ans, il y avait un village dans les limites du village actuel de Cantley! Un feu de forêt a détruit le village en 1892 et le village n'a jamais été reconstruit.

Le volume de minerai ayant été grandement surestimé, la mine ne put en fournir assez pour alimenter le plus petit de ses hauts fourneaux. Le minerai était contaminé, ce qui le rendait difficile à transformer. La mine ferma ses portes à l'été 1876, en pleine récession économique.

En 1992, pour des raisons de sécurité, le gouvernement du Québec a comblé ce qui restait de la mine. On peut encore en voir quelques vestiges. À environ 500 m au nord de la cabine OWL, vous pouvez voir le puits de mine Darby; le puits de mine de l'ouest se trouve au nord du vieux chemin Millson, à l'est de la piste No 1, et le puits principal ainsi que deux autres puits sont à l'est de cet endroit. Le petit puits de l'est est resté tel quel, et il y a un impressionnant canal de décharge (une galerie d'accès pour drainer le puits principal) juste au-dessous du puits principal. On peut encore voir un peu de l'assiette des rails entre l'avenue Gatineau et la montée St-Amour au sud de la colline, juste à l'est du stationnement de Nakkertok, près des lignes de transport d'électricité, et à l'ouest du puits principal Haycock, près du sentier No 1.

Plus au nord, à l'ouest de la piste No 4, et avant d'arriver au ruisseau Noueux, se trouvent les mines de mica Scotch John de MM. Edward et John Burke. Ces mines, elles aussi commencées en 1872, ont été comblées par la province et exploitées, d'une façon ou d'une autre, pendant 50 ans; d'une profondeur de 30 m, les deux puits étaient reliés par un tunnel.

Heureusement, les propriétaires actuels des trois lots, MM. Charrette, Lafontaine et Van Wijk, sont bien informés et s'occupent de l'entretien des lieux. Je veux remercier aussi Martha Catchpole, archiviste auprès de Bibliothèque et Archives Canada et le professeur Donald Hogarth, géologue.

Wes Darou est co-auteur de la chronique Les oiseaux de Cantley publiée dans l'Écho. Tout en se promenant dans les sentiers pour observer les oiseaux, il a découvert des vestiges témoignant du passé et du patrimoine de Cantley.

En prévision d'une conférence qu'il donnera sur la mine Haycock les 11 et 13 octobre 2012 prochain, le groupe Cantley 1889 a invité Wes à écrire un article sur la mine.

 

 

 

Puits de l’ouest

 

Retour au liste...