Articles Cantley 1889

Echo Cantley Echo

Cet article a été publié par l'Écho de Cantley mai 2011, Volume 22 no 10. L'Écho de Cantley a explicitement autorisé la publication de ces articles pour l'information et le plaisir nos lecteurs.

Le magasin général - la pierre angulaire d'une communauté

par Mary Holmes, traduction Suzanne Legros

Le magasin général était le coeur et l'âme de toute communauté pionnière. Celui de Cantley était situé à l'intersection nord-est de la Route 307 et du chemin du Mont-Cascades. Durant plus de cent ans et plusieurs générations, c'était le site du magasin général et encore aujourd'hui, il y a un commerce et des services.

Pour plusieurs anciens citoyens, il s'agit du magasin McClelland. La partie sud du lot 9 du rang 13 a été octroyée à William Thompson, le 11 août 1862. Il y habitait déjà depuis un certain temps, puisqu'il était inscrit au recensement de 1842. La majorité des pionniers de Cantley ont reçu leur concession de la Couronne dans les années 1860, même s'ils s'étaient établis dans les années 1830 et 1840.

En 1875, un autre Thompson, Richard Thompson, apparaît au rôle d'évaluation. Dans son livre intitulé 'History of the Ottawa Valley', publié en 1896, J.L. Gourlay mentionne que M. Thompson et ses voisins, les Gows et les Mulligans, étaient de bon fermiers.

Quelques années plus tard, Mark Thompson a acheté la propriété et habité une maison située à l'arrière du magasin. Mark était apprenti chez un forgeron de Cantley, M. Brown, avant d'exploiter pendant plusieurs années sa propre forge et un petit magasin. Mark était l'époux de Mildred Lambert. Après le décès de sa mère, son père, Bill Lambert, a quitté Picanoc pour s'établir à Cantley. Il a construit une maison, incluant un petit magasin, voisine de celle de sa fille et de sa famille. Bill a épousé Victoria Thompson de Cantley.

Dans les années 1930, alors que ses enfants étaient jeunes, Mark a obtenu un emploi de vendeur chez Campbell Motors à Hull, où il a déménagé avec sa famille. Bill Lambert, le père de Mildred, a habité à Cantley et continué d'y exploiter son magasin. à sa mort, au début des années 1940, son frère, Paddy, et son épouse, Florence Campbell, de Northfield ont pris le magasin en charge. Ils ont été les premiers à offrir la crème glacée à Cantley; le cornet à 5 sous était tout un régal pour les jeunes de l'époque.

à la fin des années 1940, Orville McClelland a acheté la maison et le magasin de la famille Lambert. Il a transformé le agasin en salon et construit un ajout pour un magasin.

Orville était le fils de Samuel McClelland et de Carrie Stevenson. Il a grandi à Cantley sur la ferme, au sud de l'église St. Andrews United Church. Il a travaillé chez un épicier en gros dans la région de Montréal pendant un certain temps où il a fait la connaissance de son épouse, Fernande Gilbert. De retour à Cantley, il a démarré son entreprise.

Lors du démarrage de son entreprise, Orville faisait des travaux de menuiserie et transportait la crème des producteurs locaux à la compagnie Ottawa Dairy and the Valley Cremerie. Il partait à 5 h de Wilson's Corners, puis de la route principale au chemin Burr (maintenant le chemin Ste-élizabeth). Il traversait la campagne jusqu'à Limbour et se rendait à la laiterie pour 11 h afin de garder la crème fraîche. Un inspecteur l'attendait parfois pour vérifier le moment de son arrivée et la température de la crème.

L'arrière de son camion était muni d'une structure pour appuyer les bidons de crème et d'une bâche, principalement pour protéger la crème du soleil. Comme il y avait très peu de voitures à l'époque, Orville a souvent installé des sièges à l'arrière de son camion pour transporter des gens à différents événements. Reta (Barton) Milks se souvient d'être allée à plusieurs célébrations d'Orange Lodge dans différentes municipalités de l'Ontario, assise à l'arrière du camion d'Orville. Parfois les passagers se faisaient mouiller par la pluie, ce qui rendait l'aventure encore plus amusante pour une jeune fille.

Orville vendait des provisions, des articles de quincaillerie et des aliments pour animaux. On retrouvait de tout dans le petit magasin et l'entrepôt du sous-sol. Orville était très serviable et s'efforçait d'obtenir la marchandise qu'il n'avait pas. Il appuyait les activités de la communauté. Les dames qui organisaient le pique-nique de Cantley à la paroisse Ste-élisabeth ont certainement apprécié son aide et sa collaboration au fil des ans. Soixante ans plus tard, une veuve de Cantley se souvient avec affection et reconnaissance du soutien d'Orville, lors du décès de son époux à la suite d'un accident.

Les affaires ont progressé, ainsi que son magasin. Après l'arrivée de son fils Gilbert, ils ont agrandi l'immeuble jusqu'à sa dimension actuelle.

Le magasin a fait l'objet de nombreux changements au cours de ces quelque 45 ans d'affaires, dont le dernier est l'arrivée de deux nouveaux propriétaires, Diane et Siggy Sattlecker, qui poursuivent la tradition du bon service, ôle que l'ont établie leurs prédécesseurs.

Au cours des 20 dernières années, le magasin a changé à maintes reprises de propriétaires et d'utilisations. C'est aujourd'hui un magasin d'articles d'occasion dirigé par le même genre de personnes qui travaillent dur et font du commerce l'endroit où se rendre depuis des générations.

Merci à Reta Milks et Doug Smith de leur assistance quant au contenu de cet article.

Mary Holmes est une résidante de longue date de Cantley et la secrétaire du conseil d'administration de Cantley 1889, une organisation bénévole qui a pour but de protéger et promouvoir l'héritage de Cantley.

Si vous avez des renseignements au sujet du magasin général ou d'autres sites de Cantley, veuillez communiquer avec Cantley 1889 à : info.cantley1889@gmail.com.

Inscrivez à votre calendrier le 15 juin 2011 - Cantley 1889 prévoit une visite guidée de trois de nos cimetières; beaucoup d'histoire et d'anecdotes au sujet de ces chers disparus.

 

Retour au liste...